Ticket-restaurant et chèque cadeau : des marques de respect envers le personnel communal

Publié le par Huguette Bello

Marquant notre volonté de contribuer à la lutte contre la crise financière mondiale et la baisse du pouvoir d'achat, nous avons instauré les tickets restaurant et le chèque cadeau pour le personnel communal.

 

Après un demi-siècle de règne sans partage de la droite, nous avons ainsi ouvert une porte en faveur  des agents communaux pendant trop longtemps malmenés. A travers cette action, c’est un engagement de campagne de notre équipe " Pour Saint-Paul de toutes nos Forces " qui s’est concrétisé. La parole donnée a été respectée.

 

Le montant nominal du titre restaurant est de 5 euros pour une participation équivalente entre la collectivité et l’agent (2,5 euros). Il a été décidé que la participation financière de l’agent serait prélevée mensuellement avec son accord préalable. Les salariés ont la possibilité de bénéficier de 15 titres restaurants par mois sur une période annuelle de 11 mois. Entré en application en décembre 2008 et le ticket restaurant a été institué au profit des agents non-titulaires permanents. Excepté ceux des écoles qui, conformément aux dispositions de l’article 19 de l’Ordonnance n° 67-830 du 27 septembre 1967 ne peuvent en bénéficier. En effet, ces derniers ont déjà accès à un système de restauration collective sur leur lieu de travail.

 

En conséquence, ils se sont vus proposer le titre-cadeau. Un montant de 75 euros par événement a alors mis en place. Le financement de ce dispositif plafonné à 412, 5 euros par an se fait exclusivement sur fonds propres de la collectivité, sans participation financière des agents bénéficiaires. Un engagement financier de 33 750 euros pour l’année 2008 a été consenti pour mener à bien ce projet. L’effort financier de la Ville pour les deux dispositifs était de 122 500 euros.

 

Ces deux actions en direction des employés de la Commune de Saint-Paul seront suivies d'autres actions comme l'aide au paiement d'une mutuelle.

 

Par delà l'aide financière apportée à des employés à très bas revenus (nombreux étaient payés en dessous du SMIC plein temps après 10 à 20 ans de carrière), il s'agit de changer les comportements envers les employés communaux. Les acquis sont valables pour tous ceux qui y ont droit selon les textes et ils ne sont pas distribués à la tête du client. Ils ne sont pas non plus un outil de clientélisme.

 

Vous l'aurez compris, nous voulons assainir les relations

 

Publié dans Social-Santé

Commenter cet article