Notre gestion a marqué une rupture profonde avec celle de nos prédécesseurs.

Publié le par Huguette Bello

Au-delà de l’alternance politique engagée par les élections de 2008, notre nouvelle gestion a marqué une rupture profonde avec celle de nos prédécesseurs.

Sur l’année 2008, notre gestion ne peut être imputée que sur neuf mois, et non sur douze.
Cette période peut sembler courte. Elle est cependant suffisamment longue pour laisser apparaître que les actions entreprises sur la base de nos engagements politiques ont été menées avec la seule ambition de servir au mieux les intérêts des habitants de cette Ville.


Je n'entrerai pas dans les détails du compte administratif 2008.


Certains points particulièrement marquants de notre action méritent toutefois d’être soulignés.


Je souhaite d’abord souligner avec une certaine satisfaction, mais aussi avec la modestie qui s’impose, que les efforts de gestion que nous avons initiés en 2008 nous ont permis de dégager
une épargne nette positive, ce qui ne s’était pas produit depuis plusieurs années.

La rupture est patente par rapport à la gestion menée par nos prédécesseurs. Elle traduit notre ferme volonté de mieux gérer les finances de cette Ville dans les années qui viennent.


Notre action s’est également démarquée de celle de l’équipe précédente en ce qui concerne les relations avec le personnel communal. Nous avons restauré la confiance. Nous avons renforcé le dialogue et la concertation avec les syndicats. Nous n’avons pas oublié les employés les plus modestes : en cette période de crise, nous avons souhaité leur adresser un signal en faveur de l’amélioration de leur pouvoir d’achat. Ainsi, de nombreux employés municipaux ont pu bénéficier de l’instauration, à leur profit, des titres restaurant et des titres cadeau. Nous avions promis ce geste et nous avons tenu notre engagement. Nous avons également relevé le temps de travail ainsi que la rémunération de nos agents les plus modestes.


Ces ruptures avec la précédente gestion ont été engagées en 2008. Elles ne nous ont nullement empêchés d’assurer la continuité des services municipaux et de veiller scrupuleusement au service dû aux usagers.

Aux yeux de certains, nous étions des « amateurs ». Les supposés amateurs sont fiers de leur action, et disent aux prétendus professionnels qui ont ironisé à leur sujet qu’ils l’ont sans doute fait un peu trop vite.


Dans la logique de ces ruptures, l’année 2008 a été placée sous le signe de politiques nouvelles dans les domaines de l’environnement, de la culture, de l’éducation et du sport. Sur ces grandes questions, notre équipe a élaboré et organisé les actions à mettre en œuvre sur la base des grands thèmes qui ont forgé notre programme électoral.

2008 a vu le lancement de notre réflexion sur le Programme Pluriannuel d’Investissement (PPI) qui constituera, en matière d’investissement, le document fondamental sur lequel nous nous appuierons pour les prochaines années.


Sur un plan plus administratif, saluons le travail engagé en 2008 sur l’organigramme des services de la Ville, et sur la démarche proposée aux différentes divisions, démarche qui vise à élaborer au niveau de chacune d’elles un projet de service.

Nous avons également initié un processus qui tend à évaluer l’action de nos services. Il n’a d’autre but que d’améliorer la qualité du service rendu à la population. À ce titre, et pour la première fois au sein de cette Collectivité, les services ont été sollicités et ont contribué à l’établissement d’un rapport d’activité.


Pour conclure sur ce point important, permettez-moi de saluer le travail accompli par les élus et par les agents. Les uns et les autres se sont impliqués généreusement pour bâtir un nouveau Saint-Paul.

Alors que certains persistent à nier leur défaite dans des élections municipales qu’ils ont eux même organisées (cela, nous ne le répéterons jamais assez), notre équipe, à laquelle j’associe évidemment tous les agents, peut être satisfaite de notre année et demie de gestion. Même si nous n’oublions pas un instant, croyez-le bien, que, pour relever Saint-Paul, le chemin est encore long.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article