CONTRE LA CRISE: UNE POLITIQUE DE RELANCE ET DE SOLIDARITÉ

Publié le par Huguette Bello


2009 n'est pas pour Saint-Paul une année de repli.


Bien au contraire. Notre équipe municipale a joué pleinement le rôle qui lui échoit dans le contexte de crise économique et de difficultés croissantes pour les familles saint-pauloises.

 
Nous avons participé à la relance et accompagné les citoyens les plus fragiles.


Nous avons utilisé tous les leviers possibles sans pour autant alourdir la fiscalité des Saint-Paulois dont le pouvoir d’achat est en baisse.


Pour lutter contre les effets de la crise, nous avons engagé la collectivité dans la relance de l’économie et le soutien aux plus modestes : 
- en augmentant l’investissement avec un plan pluriannuel de 40 millions d’euros d’investissements chaque année
- en privilégiant l’emprunt plutôt que les hausses fiscales,
- en prenant des mesures de soutien du pouvoir d’achat.


Pas de hausse des impôts


Il n’est pas raisonnable d’augmenter les taux de fiscalité pour les ménages dans un tel contexte de crise.


Notre responsabilité est de faire preuve de solidarité avec tous les Saint-Paulois.


Nous ne laisserons pas le tissu social ni le tissu économique local se déchirer.
Dès notre retour nous accélérerons la programmation des chantiers


CONTRE LA CRISE: UNE POLITIQUE DE RELANCE ET DE SOLIDARITÉ


Pour sauvegarder nos capacités d’investissement sans les faire supporter par les ménages, nous avons privilégié les redéploiements de crédits, nous avons passé au peigne fin nos dépenses de fonctionnement.


Nous avons fait en sorte que les dépenses réelles de fonctionnement soient plus faibles que celle des recettes, inscrivant ainsi dans notre budget le principe selon lequel « il ne faut pas vivre au-dessus de ses moyens ». 


Nous avons dépensé pour ce qui est essentiel et non pas pour ce qui relève du bling bling :



Les économies significatives réalisées en 2008 en matière de fêtes et cérémonies (-700 000 euros), de consommation d’eau, de dépenses de voyages, d’indemnités aux élus nous ont permis de dégager une épargne nette positive à 1,8 M euros alors que depuis quelques années elle avait toujours été négative.



Nous avons diminué en 2008 l’endettement des Saint-Paulois : passant ainsi de 863 € en 2007 à 793 € en 2008 (par habitant).



Avec l’augmentation du nombre de chômeurs et la baisse du pouvoir d’achat, la municipalité a anticipé et arrêté un budget d’aides sociales à la hauteur des difficultés rencontrées par les familles saint-pauloises. 



Nous nous préoccupons d’ores et déjà de nos finances pour 2010, année qui devrait voir la réforme de la taxe professionnelle, la principale ressource fiscale des communes.


Alors que la récession est bien présente et que la planète plonge dans un sombre marasme économique,  l'annonce est tombée, de la suppression de la taxe professionnelle.


L’environnement financier, déjà très contraint, va se dégrader davantage à La Réunion car la suppression de cette taxe va entraîner un manque à gagner de 172 millions d’euros pour l’ensemble des Communes et intercommunalités de l’île.


Cette source de revenu représente une somme moyenne de 45 millions d’euros sur le budget du Territoire de la côte ouest (TCO). Une somme que le TCO reverse pour près de la moitié aux cinq communes membres : 6 millions d’euros pour Saint- Paul.


Notre commune devra aussi se passer de plus de 900 000 euros de dotations facultatives.


Plus de 7 millions d’euros menacés, ce sont des actions en moins en faveur de la petite enfance, de notre jeunesse, des familles, de nos personnes âgées…


Face à ces enjeux, Saint-Paul a besoin d'une majorité municipale qui dépense pour ce qui est essentiel et non pas pour ce qui relève du bling bling.


           "Pour Saint-Paul de toutes nos Forces"  

            pour une gestion juste et rigoureuse.  

           

Commenter cet article