Face à Face avec Huguette Bello : diagnostic social et socio-économique du territoire de Saint-Paul

Publié le par Huguette Bello

Huguette Bello, pourquoi avoir élaboré pendant votre mandature un diagnostic social et socio-économique du territoire saint-paulois ?

Saint-Paul représente la première Commune de La Réunion (la deuxième de France) pour sa surface avec ses 241 km².

Elle se hisse au rang de deuxième commune réunionnaise du
point de vue de sa population : 100 818 selon le dernier recensement de l’INSEE de 2009

Saint-Paul est un territoire particulier dont la complexité est accrue du fait :
    de la grande diversité des milieux : urbain, périurbain, rural, naturel, agricole, marin, balnéaire… 
    de la grande diversité de sa population du point de vue des revenus, de la culture, des modes de vie, du mode de consommation, du mode d’habitat,
    de la forte attractivité du territoire tant pour les ménages que pour les entreprises,
    de la forte croissance démographique,
    d'une population jeune, les moins de 25 ans qui constituent 45% de la population
    de l’importance des contraintes pour l’action publique : étalement urbain, dispersion de l’habitat, importance de la population non solvable, complexité physique du territoire comportant beaucoup de zones à risques ou de zones protégées, une capacité financière restreinte, une surface utile relativement limitée …

Dans un tel contexte, notre municipalité installée depuis mars 2008 a décidé d’aborder son
action à travers
une approche territorialisée que nous avons élaborée.

Les maîtres
mots de cette dynamique sont l
e développement local de proximité, la transversalité et l’optimisation des interventions notamment par le partenariat avec tous ceux qui interviennent sur le territoire communal.

Par ailleurs, la volonté de mener une ambitieuse politique sociale adaptée aux besoins des Saint-Paulois a été confirmée voire accentuée en raison du contexte de crise économique qui pourrait n’être qu’à ses balbutiements.


C’est donc dans ce contexte de crise et dans une volonté de réponse à des
besoins sociaux forts au sein d’un territoire complexe que s’est inscrite l’élaboration d'un diagnostic social avec les partenaires principaux de l’action sociale que sont la Caisse d'Allocation Familiale
et le Département mais également la Mission locale, le Pôle Emploi, le Rectorat, le Territoire de la Côte Ouest.


Quel est l’objectif de votre démarche et à quoi sert ce diagnostic de la commune ?

Il n'était plus possible de continuer comme nos prédécesseurs sans partenariat avec les institutions qui interviennent sur le territoire de la commune. Il est important que chacun sache ce que l'autre fait et qu'on fasse ensemble.
Cette démarche partenariale consiste donc à produire une lecture commune du territoire afin de fixer les axes stratégiques dans lesquels s’inscriront les actions de chaque institution et les actions partenariales.

Certains éléments ont déjà servi à préparer des projets dans le cadre du Contrat de Coopération Communale (le CCC )entre la Commune et le Département.

Le CCAS
( centre communal d'actions sociales )  en fera également usage en tant qu’analyse des besoins sociaux pour définir son redéploiement.

De même, la Commune l’utilisera pour la définition de diverses actions et politiques dont, par exemple, la politique de la Ville.

Enfin, l’élaboration de la Convention Territoriale Globale (CTG) et celle du contrat Enfance-Jeunesse (CAF, Commune et Département) en constituent la suite immédiate.

Qu'est-ce que c'est la Convention Territoriale Globale ?

Elle vi
se à appréhender l’action de la CAF dans son ensemble sur notre territoire communal en partenariat avec la Commune et le Département soit :
 
d'une part les modalités de son intervention : prestations sociales légales, subventions pour les équipements et les structures à disposition des familles, accompagnement social, ….),
d'autre part l’ensemble de ses champs de compétence : la parentalité, l’accueil du jeune enfant, les loisirs des jeunes, le logement, la vie sociale, la lutte contre les exclusions, …

Pour rappel, la
branche Famille assure quatre missions essentielles : 
- aider les familles à concilier vie professionnelle, vie familiale et vie sociale,
- soutenir la fonction parentale et faciliter les relations parents-enfants,
 
- accompagner les familles dans leurs relations avec l’environnement et le cadre de vie,
- c
réer les conditions favorables à l’autonomie, à l’insertion sociale et au retour à l’emploi des personnes et des familles.
( à suivre )

Publié dans Social-Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Roman 22/09/2009 22:36


Je me suis toujours demandé pourquoi existe cette limitation à 3 étages des immeubles. Simple critère esthétique ? Dans le cadre de la rénovation du centre et la valorisation du front de mer de
St-Paul centre cette limitation devrait sauter afin de rendre cette région plus attractive pour la population qui ne cesse de s'étaler dans les hauts de la commune. Pour contrer l'essor
démographique, il faudra penser à loger la population dans des immeubles de plus de 3 étages ! Le fort coût du terrain et le ralentissement de l'activité du BTP sur l'île sont deux choses qui ne
pourraient que justifier cette mesure ! St-Paul doit être une vraie ville en son centre, concentrant habitants, loisirs et travail. Or aujourd'hui ce n'est pas (encore) le cas.


Huguette Bello 23/09/2009 06:58



 Bonjour, Roman.
L'absence d'assainissement empêchait la densification du centre ville.
Nous avons entrepris la création de réseaux d’assainissement (qui n’existent pas dans la plupart des rues de notre  centre ville),
- le remplacement des conduites d’eau potable.
Nous pourrons, une fois ces travaux réalisés, aller au-delà de ce qui se pratiquait jusqu'à présent et "aller plus haut" (pour reprendre le titre d'une chanson connue)
Vous pourrez participer à l'enquête publique sur le PLU et je prends l'engagement que notre équipe tiendra compte de votre avis que je partage.
Vous trouverez ci-dessous un article paru sur ce blog sous le titre " Pour que Saint-Paul retrouve sa place parmi les grandes villes de La Réunion " 
Article:
Certains, mauvais perdants,  disent avoir de grands projets pour la Commune, alors que tous les citoyens voient l’état
de délabrement dans lequel ils ont laissé le centre-ville de la commune pendant les décennies de pouvoir de père en fils.La rénovation du centre ville de
Saint-Paul était pourtant une priorité.

Après les retards considérables qui ont été accumulés, nous avons décidé de prendre en main  la restructuration de notre centre
ville.


Nous avons validé le coût prévisionnel et surtout le plan de financement de près de 14 Millions d’euros. 
Car promettre un Plan de Rénovation Urbaine sans jamais mettre le financement nécessaire à la réalisation, comme l'ont fait nos prédécesseurs, c'était vouloir maintenir Saint-Paul
dans l'attente  et ne jamais concrétiser.

Il relevait de notre responsabilité de faire en sorte que Saint-Paul ne soit plus la dernière ville de la Réunion à ne pas avoir entamé la rénovation de son centre.
Notre objectif est donc de réaliser, dans une seule intervention,
- la création de réseaux d’assainissement (qui n’existent pas dans la plupart des rues du centre ville),
- le remplacement des conduites d’eau potable- l’enfouissement des réseaux aériens.

De plus, notre priorité est :
- la requalification paysagère des voies,
- l’amélioration du confort des piétons
- la réorganisation du stationnement pour une meilleure fluidité.


 


Ces travaux permettront à terme la dynamisation commerciale du centre-ville, une meilleure attractivité du tissu urbain, la
possibilité de construire les nombreux logements dont le centre-ville a bien besoin.


Et surtout ces travaux vont permettre de créer un pôle d’entrée de ville qui mette en valeur la commune, de dynamiser le front de mer, de créer un centre
historique dont le patrimoine sera sauvegardé et mis en avant.


Saint-Paul retrouvera alors sa place parmi les grandes villes de la Réunion.


 


Nos prédécesseurs diront " nous avions l’intention de le faire, c’est pour cela que nous avions fait plusieurs voyages en Chine ou en Europe pour étudier
la verticalité des constructions "… aux frais du contribuable.


Cette attentisme de leur part a fait perdre beaucoup de temps et surtout beaucoup d’argent à la ville, non seulement le coût des travaux n’a cessé de croître du
fait de l’augmentation du prix des matières, mais en plus les financements dédiés aux Plans de Rénovation Urbain ont disparu.

Et pendant ce temps, la ville était dans le même état.


Nous ne pouvions plus attendre, nous ne devions plus attendre !



Nous avons souhaité que ces travaux de grande envergure se fassent avec et pour la population.

C’est pour cela que des rencontres avec les commerçants et les habitants du centre-ville ont été organisées afin de mener ensemble cette rénovation urbaine dont la
ville avait tant besoin.

Une maison du PRU a été mise en place afin d'accueillir le public. Les usagers en quête d'informations ou ayant des remarques à faire   peuvent s'y rendre pendant toute la durée
des travaux.

Nous avons voulu que les travaux commencent après les fêtes de juillet 2009. Ils sont en cours.