Réponse à Claude F. Bouyer sur ULM

Publié le par Huguette Bello

 

Menacée sous l’ancienne municipalité, l’activité ULM sera finalement préservée sur le site de Cambaie. Une zone d'une soixantaine d’hectares identifiée par l'équipe municipale de Huguette Bello pourrait se transformer en parc urbain en lien avec un véritable pôle aéronautique.

 

Plusieurs milliers d’adeptes à la recherche de sensation forte s’adonnent chaque année à l’Ultra Léger Motorisé.

En plein essor, l’ULM représente plusieurs dizaines de milliers d’euros de retombées financières.

Imaginez un instant cette activité complètement effacée du ciel saint-paulois. C’est en tout cas la menace qui pesait sur l’ULM, même si les entreprises venaient simplement à être déplacées. Un projet de nos prédécesseurs faisait état d’un déplacement vers un nouveau site au niveau de Plateau Caillou.

Une perspective que refuse l'équipe de Huguette Bello.
« Délocaliser cette activité sur Plateau Caillou ou ailleurs, n’aurait absolument aucun sens »,  estime Emmanuel Séraphin, adjoint chargé de l'aménagement du territoire.
« Dans un souci de logique économique, l’ULM doit subsister et continuer à se développer au niveau d’une zone où sont concentrées les industries ».


Une zone d’une soixantaine d’hectares est identifiée au niveau de Cambaie pour les besoins d’un parc urbain et des animations. Une partie de cette espace sur environ quatre hectares abritera le futur centre de dépollution des eaux.

Il s’agira alors de trouver une continuité entre le futur parc urbain le projet d’un véritable pôle aéronautique où modélisme, ULM trouveront leur place.

« Tout est une question de zonage à définir », précise M. Séraphin. Un zonage qui sera clarifié dans le cadre du Plan pluriannuel des risques d'inondation (PPRI) pour lequel les entreprises d’ULM seront sans doute amenées à modifier la piste (décollage et atterrissage). On évoque même la possibilité de déplacer les hangars.


D'ailleurs, afin d’étudier les meilleures solutions possibles, les réunions avec les professionnels, les élus saint-paulois et les représentants du TCO se sont succédées quand Huguette Bello était La Maire de Saint-Paul. 
« Ca ne nous arrange pas beaucoup.Mais au lieu de mettre en péril notre activité, nous sommes prêts à entreprendre les travaux de modification nécessaires », assure le gérant de Félix ULM. 

La raison et la volonté commune de préserver une activité touristique en plein boom l'emporteront ! avec Huguette Bello, Pour Saint-paul de toutes nos forces.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article